Nuages au Pic du Mas de la Grave

Classé dans : Les Arves | 0

Toujours depuis la vallée de la Romanche, est accessible le Pic du Mas de la Grave. Il domine – entre autres, le Vallon de la Buffe et le village du Chazelet déjà visités.

Les Ecrins à travers les nuages au Pic du Mas de la Grave

Accès au Col St-Georges

Carte d'accès au Pic du Mas de la Grave depuis le Col St-Georges

 

Comme souvent en montagne le temps est rapidement changeant, j’avais espéré que les nuages abondants et les fines pluies du matin laissent progressivement la place à des éclaircies. Le temps annoncé pour le lendemain était dégagé et ensoleillé. Mais non, les nuages demeurèrent sur les sommets jusqu’à la fin de la journée, jusqu’au début de la nuit.

La vue au sommet du Pic du Mas de la Grave est de premier ordre compte tenu de ses 3 020 mètres d’altitude. S’il ne s’agit pas du point culminant du massif des Arves, il offre une vue panoramique de la Maurienne aux Écrins en passant par les proches Aiguilles d’Arves.

Cette ascension peut partir du Chazelet (1800 m). Mais un autre accès est possible depuis le Col St-Georges (2250 m). Ce départ permet d’économiser 450 mètres de dénivelé par rapport à un départ du Chazelet. La montée en voiture passe par Mizoën, puis Besse. Jusqu’au col St-Georges qui donne accès au plateau d’Emparis. Elle se fait par une petite route pastorale, où le croisement de 2 véhicules peut être… compliqué voire impossible. Surtout si les vaches ont décidé de s’installer dans un des virages de la dite route. Ces presque 1000 mètres de dénivelé peuvent aussi se faire à pied grâce au GR 54 à partir de Besse.

Une fois à pied, le sentier de randonnée traverse le plateau d’Emparis vers 2.200 mètres d’altitude. Il longe le Rif Tort et ses méandres pendant 1 heure, avant de grimper la crête herbeuse agrémentée de cairns. Puis il file droit vers le sommet. La progression qui était jusqu’à présent très facile, sur un terrain presque plat, devient bien plus physique. Il peut être utile de serpenter par moment pour atténuer la pente. Puis l’herbe finit par disparaître au profit de la roche. Le décor devient minéral. Au fur et à mesure, l’endroit permet aussi d’admirer une vue plongeante sur le vallon du Chazelet et de la Buffe déjà visités, quelques centaines de mètres plus bas.

Les nuages ne s’effaçant pas – au contraire, je profitais d’une rare et courte trouée dans le voile. Elle laissait apparaître les plus proches sommets des Écrins. La Meije et le Râteau gardent ce soir la tête dans les nuages, tout comme le sommet du Pic du Mas de la Grave. Mon retour se fera d’ailleurs sous la pluie. Pour autant, la météo du lendemain sera particulièrement ensoleillée.

Elevation du Col St-Georges au Pic du Mas de la Grave

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.